Accueil > Critiques > 2022

Animal Collective – Time Skiffs

mercredi 9 février 2022, par marc


On ne se rend pas toujours compte à quel point une formation peu exposée médiatiquement a pu colorer le son d’une époque. Certes, sa sphère d’influence ne s’est jamais étendue jusqu’au mainstream mais pendant plusieurs années, il était difficile d’écrire une critique en faisant l’économie d’une référence à la formation de Baltimore. Que ce soit littéralement (Leaf House) ou de façon plus diffuse. Et avec le recul, c’est sans doute l’album d’un des membres d’Animal Collective qui a sorti la pierre de touche de l’époque avec Person Pitch.

Cette époque où on pouvait parler de weird folk pour une musique totalement dépourvue d’instruments acoustiques est maintenant révolue et leur évolution est patente. Exit donc le côté Beach Boys sous acide. Plus de mélopées lancinantes non plus, ils poursuivent leur voie plus frontale. Si la forme est volontiers aventureuse, voire expérimentale, le fond est résolument pop, et ce cross-over plait toujours autant. Maintenant plus que jamais. S’ils avaient déjà lancé cette voie avec Painting With, ils dévient maintenant sensiblement du format court. On retrouve donc des pop-songs ensoleillées si on admet qu’elle peuvent faire près de 8 minutes.

C’est toujours de la musique à plusieurs niveaux de lecture. Arrangé au premier degré, il est probable que Strung With Everything ne puisse pas séduire aussi assurément. Les poussées psychédéliques prennent tout leur sens avec une science du son aussi poussée. Il y a toujours ce seuil d’euphorie en dessous duquel on a simplement un morceau plaisant comme Passer-By. Mais ne jamais descendre en-dessous de ce standard est déjà une performance en soi.

Cherokee se présente comme le morceau central de l’album même s’il n’est pas celui qui marquera le plus. Le cheminement de l’album est clair, évoluant vers plus d’apaisement. Placer Royal and Desire au début n’aurait pas incité à la fête. En sortie d’album, il est le morceau de récupération attendu. Prester John lancé il y a quelques semaines était clair sur ces intentions. Il se permet quelques giclées d’euphorie dictées par une basse solide. Et puis qui ose se lancer un single de six minutes et demi qui se termine dans un ambient floydien ? D’ailleurs, le jeune Pink Floyd n’est jamais loin, mais passé au travers d’un demi-siècle d’évolution électronique.

Moins exposé que par le passé, Animal Collective reste un grand groupe. On le sait à leur façon d’évoluer selon leurs seuls critères, sans suivre aucune mode (qu’ils lançaient). Plus aventureuse et plus accessible à la fois, elle garde toute sa pertinence et sa singularité en 2022. Si tous les groupes autrefois de pointe pouvaient garder cette verve, on les suivrait tous avec plus de sérénité.

Ça s’écoute ici

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Animal Collective – Time Skiffs 9 février 2022 13:00, par Laurent

    Quel chouette article ! C’est gai de faire le bilan d’un groupe dont les dernières traces synthétisent tout ce qui a fait leur parcours et notre joie de les y accompagner. À ce titre, j’ai pris d’autant plus de plaisir à relire ta critique de "Person Pitch" (15 ans déjà, oufti !)... Les références d’époque, c’est comme un bon trip nostalgique dans les décors d’un film en costumes : la comparaison avec I’m from Barcelona et le "allez voir leur Myspace" final, c’est de la pure madeleine de Proust ! Et pourtant, comme tu le soulignes ici, cette nouvelle galette n’a rien d’un album passéiste. Oui, vraiment, on ne se sent pas vieillir quand on vieillit avec ce genre d’artistes qui évoluent sans radoter.

    repondre message

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)