Accueil > Critiques > 2022

Animal Collective – Time Skiffs

mercredi 9 février 2022, par marc


On ne se rend pas toujours compte à quel point une formation peu exposée médiatiquement a pu colorer le son d’une époque. Certes, sa sphère d’influence ne s’est jamais étendue jusqu’au mainstream mais pendant plusieurs années, il était difficile d’écrire une critique en faisant l’économie d’une référence à la formation de Baltimore. Que ce soit littéralement (Leaf House) ou de façon plus diffuse. Et avec le recul, c’est sans doute l’album d’un des membres d’Animal Collective qui a sorti la pierre de touche de l’époque avec Person Pitch.

Cette époque où on pouvait parler de weird folk pour une musique totalement dépourvue d’instruments acoustiques est maintenant révolue et leur évolution est patente. Exit donc le côté Beach Boys sous acide. Plus de mélopées lancinantes non plus, ils poursuivent leur voie plus frontale. Si la forme est volontiers aventureuse, voire expérimentale, le fond est résolument pop, et ce cross-over plait toujours autant. Maintenant plus que jamais. S’ils avaient déjà lancé cette voie avec Painting With, ils dévient maintenant sensiblement du format court. On retrouve donc des pop-songs ensoleillées si on admet qu’elle peuvent faire près de 8 minutes.

C’est toujours de la musique à plusieurs niveaux de lecture. Arrangé au premier degré, il est probable que Strung With Everything ne puisse pas séduire aussi assurément. Les poussées psychédéliques prennent tout leur sens avec une science du son aussi poussée. Il y a toujours ce seuil d’euphorie en dessous duquel on a simplement un morceau plaisant comme Passer-By. Mais ne jamais descendre en-dessous de ce standard est déjà une performance en soi.

Cherokee se présente comme le morceau central de l’album même s’il n’est pas celui qui marquera le plus. Le cheminement de l’album est clair, évoluant vers plus d’apaisement. Placer Royal and Desire au début n’aurait pas incité à la fête. En sortie d’album, il est le morceau de récupération attendu. Prester John lancé il y a quelques semaines était clair sur ces intentions. Il se permet quelques giclées d’euphorie dictées par une basse solide. Et puis qui ose se lancer un single de six minutes et demi qui se termine dans un ambient floydien ? D’ailleurs, le jeune Pink Floyd n’est jamais loin, mais passé au travers d’un demi-siècle d’évolution électronique.

Moins exposé que par le passé, Animal Collective reste un grand groupe. On le sait à leur façon d’évoluer selon leurs seuls critères, sans suivre aucune mode (qu’ils lançaient). Plus aventureuse et plus accessible à la fois, elle garde toute sa pertinence et sa singularité en 2022. Si tous les groupes autrefois de pointe pouvaient garder cette verve, on les suivrait tous avec plus de sérénité.

Ça s’écoute ici

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Animal Collective – Time Skiffs 9 février 2022 13:00, par Laurent

    Quel chouette article ! C’est gai de faire le bilan d’un groupe dont les dernières traces synthétisent tout ce qui a fait leur parcours et notre joie de les y accompagner. À ce titre, j’ai pris d’autant plus de plaisir à relire ta critique de "Person Pitch" (15 ans déjà, oufti !)... Les références d’époque, c’est comme un bon trip nostalgique dans les décors d’un film en costumes : la comparaison avec I’m from Barcelona et le "allez voir leur Myspace" final, c’est de la pure madeleine de Proust ! Et pourtant, comme tu le soulignes ici, cette nouvelle galette n’a rien d’un album passéiste. Oui, vraiment, on ne se sent pas vieillir quand on vieillit avec ce genre d’artistes qui évoluent sans radoter.

    repondre message

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)