Accueil > Critiques > 2022

Zola Jesus - Arkhon

mardi 16 août 2022, par marc


Au début, il était facile de voir Nika Roza Danilova comme une version moderne de Siouxie mais elle a vite fait craquer ce carcan. Sans doute encore plus aujourd’hui qu’elle n’est plus seule aux commandes mais peut compter sur l’aide du producteur Randall Dunn et du batteur Matt Chamberlain qui a collaboré avec rien moins que David Bowie, Bob Dylan, Bruce Spingsteen, Of Montreal ou Rufus Wainwright... Alors qu’on la plaçait dans un revival, il serait peut-être plus pertinent de l’associer à quelques chanteuses enthousiasmantes de l’époque comme Bat For Lashes ou Emily Jane White. A l’opposé de ses coreligionnaires, ce n’est donc pas du folk mais d’un rock plus gothique qu’elle provient, il est donc d’autant plus étonnant d’assister à cette convergence.

Mais elle garde aussi un style bien à elle, avec une expressivité toujours aux aguets. La voix peut fameusement pousser quand le tempo se ralentit (Desire, The Fall), c’est sa manière de contrer la gravité mais elle n’est pas la seule à procéder ainsi, Natasha Kahn le fait aussi. Evidemment, ce style s’accommode évidemment fort bien d’un soupçon de lourdeur (Undertow) un de mentions de versants plus kitsch des années ‘80 (Dead and Gone), même si le son est plus tortueux.

Mais l’intensité pure est bien là comme on le constate avec le premier morceau Lost ou la belle pêche de Sewn, avec une rythmique qui martèle et des sons réverbérés du plus bel effet. L’amplitude du son est en tous cas vraiment réjouissante et confirme l’amplitude d’un talent qu’on a toujours senti.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Dark Minimal Project – Ghost of Modern Times

    Dark Minimal Project. Rarement un nom de formation n’a sonné autant comme une déclaration d’intention. A l’instar du post-rock il y a dix ans dont les représentants qui se succédaient à une allure folle, les groupes cold-wave semblent maintenant se bousculer dans la boîte mail. On retrouve la même difficulté à les différencier, à les classer pour mieux en parler. Mais bon, s’il y a toujours un cahier des (...)

  • Anna von Hausswolff - Live at Montreux Jazz Festival

    La seule fois que les concerts d’Anna von Hausswolff ont été mentionnés dans la presse généraliste, c’est quand une bande d’intégristes stupides ont empêché la tenue d’une prestation à Nantes. Par un effet Streisand prévisible, plusieurs personnes ont découvert et apprécié la Suédoise à cette occasion.
    On n’avait pas attendu cette désolante actualité pour dire tout le bien qu’on pensait d’Anna et on ne va pas (...)

  • Strawberry Pills - Murder To a Beat

    Rien à faire, le simple fait qu’il y ait une scène gothique grecque me met en joie. Ce n’est même pas une découverte, on vous avait déjà parlé de Mechanimal à l’époque et dit à l’époque qu’on aimait ça. Le duo formé par Valisia Odell et Antonis Konstantaras est dans les canons du genre. Riffs aigres, beats synthétiques et voix féminine grave sont de sortie, les afficionados en auront pour leur argent.
    Mais (...)