Accueil > Critiques > 2022

Will Sheff - Nothing Special

mercredi 2 novembre 2022, par marc


On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.

Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une nouvelle vie ? On ne le sait pas vraiment et ce n’est finalement pas le plus important, même si cet album est hanté par la disparition du batteur d’Okkervil River Travis Nelsen. Mais qu’importe l’étiquette donc, pourvu que l’ivresse du songwriting hors pair de Sheff soit là. Si les albums d’Okkervil River ont pu être largement autobiographiques, ceci l’est encore plus. Et si c’est seul qu’on l’avait vu pour la dernière fois, on signalera la présence de deux des musiciens d’Okkervil River sur ce Nothing Special qui n’est pas uniquement acoustique.

Et en deux morceaux, on a déjà refait connaissance avec ses tendances complémentaires, une plus rock et ample qui fait mouche et une plus intime. Et quand un morceau se fait plus anodin d’apparence, Estrangement Zone peut se renforcer d’une guitare que ne renierait pas le Crazy Horse (le groupe de Neil Young, pas le cabaret, hein...).

C’est parfois aussi léger au point d’en être évanescent mais toujours digne et un peu profond (Holy Man). Et puis il y a des mélodies qui hantent (Nothing Special). Et puis il y a des moments d’intensité comme Like The Last Time qui frappe fort et juste. On est dans du rock/folk indépendant haut de gamme comme prévu.

Si Okkervil River vous manque, ceci est l’album qu’il vous faut. Will Sheff solo a en effet toutes les caractéristiques de ce qu’on aime chez le groupe, sa combinaison unique d’ampleur et d’intimité que permet le chant décalé de Sheff, et puis une écriture sensible. Il semble en tous cas pousser encore plus loin l’introspection et nous confirme qu’il est tout simplement un des grands talents américains de l’époque.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)