Accueil > Critiques > 2023

Mick Harvey and Amanda Acevedo - Phantasmagoria In Blue

mardi 12 septembre 2023, par marc


Quitte à paraître un tantinet pédagogique, un petit rappel des faits n’est pas superflu. Membre des Bad Seeds, auteur de quelques musiques de film vraiment envoûtantes auprès de Nick Cave, Blixa Bargeld et Anita Lane, Mick Harvey s’était aussi distingué par des reprises haut-de-gamme et anglophiles de Serge Gainsbourg. Ajoutons quelques albums solo de très bon aloi et vous comprendrez pourquoi on a décidé de passer outre l’hideuse pochette et retrouver le talentueux Australien.

On avoue qu’on ne connaissait pas Amanda Acevedo et en creusant un peu, c’est relativement logique puisqu’elle est surtout réalisatrice. C’est lors du passage d’une tournée de PJ Harvey au Mexique (il est aussi musicien de son homonyme du Dorset) que la rencontre s’est faite et a débouché sur une envie de faire de la musique ensemble. Sa voix à elle est plutôt jolie mais pas vraiment au niveau de ce qu’on a l’habitude de rencontrer ici. Surtout si on se rappelle le charisme incroyable d’Anita Lane qui transcende beaucoup de ses œuvres passées. Parfois même, on sent qu’elle freine les élans d’un morceau comme She Won’t.

Au niveau des morceaux, c’est un savant mélange de reprises de duos qui vont chercher aussi bien du côté de l’Eté Indien (oui oui) que de Sibylle Baier ou This Mortal Coil (preuve de goût et d’érudition) en passant par une scie de Pat Benatar que de compositions originales. Vu les forces en présence, c’est toujours beau, plein de cordes qui ne sont jamais sirupeuses et certains morceaux comme The One and Only (Phantsmagory) présentent un potentiel certain.

On a pour Mick Harvey la sympathie qu’on a pour un ancien compagnon de route. Mais ça ne suffit pas à transformer cet exercice anecdotique en ce qu’il n’est pas. Impeccablement arrangé et exécuté avec une certaine sobriété, il reste loin des hauts faits du bonhomme par un charisme vocal pas toujours impressionnant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)