Accueil > Musique > 2011 > Akron/Family - S/T II : The Cosmic Birth and Journey of Shinju (...)

Akron/Family - S/T II : The Cosmic Birth and Journey of Shinju TNT

lundi 21 février 2011, par Marc

Comme un gros chaudron


Il faudra s’y faire, maintenant, le folk drogué n’est qu’une composante comme une autre de l’univers musical de bien des groupes. Animal Collective a donc non seulement valeur de meneur, mais aussi de cas limite, leur mélange unique pouvant être étiqueté ‘mélange Animal Collective’ et incorporé à d’autres recettes. Même s’il est facile de stigmatiser la facilité des champs lexicaux sans risque comme celui de la cuisine, l’analogie est tellement simple que je n’y résiste pas. A l’instar des mélanges d’épices prêts à l’emploi (curry, tandoori ou mélange poulet), le mélange Animal Collective peut s’utiliser dans plein de concoctions, avec à charge du pauvre commentateur (c’est nous) de lister les combinaisons. Ca va de l’adjonction dans la synth-pop barrée (High Places) au shoegaze et plus si affinités (Deerhunter) en passant par le folk pastoral pour moutons flippés (Julian Lynch)

Dans le cas qui nous occupe, on retrouve même quelques gros riffs seventies supportés par des chœurs qui s’époumonent (Fuji I), mais heureusement porté par une certaine facilité pop (Another Sky). Le principal apport du trio new-Yorkais qu’ont souvent négligé les froids tripatouilleurs (y compris sur l’œuvre solo récente d’un de ses membres, Avey Tare), c’est l’euphorie. On la sent ici dès le Silly Bears qui débute les hostilités pied au plancher ou dans son emploi plus littéral le temps du plus enfantin Say What You Want To ou de la résurgence de Light Emerges. On peut voir cette musique comme un gros chaudron où se mêleraient beaucoup de choses, mais où on sentirait l’essentiel, c’est-à-dire l’entrain des cuisiniers à faire prendre la tambouille.

Comme pour contredire l’introduction un peu péremptoire, on retrouve aussi sur cet album quelques petites douceurs dénuées d’effet comme Fuji II qui contrebalancent des moments plus âpres (Another Sky). Sans doute est-ce pour faire le lien avec ce que j’écoutais il y a longtemps, mais pour toutes ces touches psychédéliques, j’en reviens souvent à Pink Floyd. Plus précisément ces deux Musiques de film pour Barbet Schroeder (More et Obscured By Clouds) où ils reprenaient soit des structures classiques pour des morceaux au format chanson standard ou livraient des passages instrumentaux plus délirants et atmosphériques. On retrouve ici un emploi un peu semblable de la slide guitar, bien plus psychédélique que country

Comme trop souvent dans des cas pareils, je me laisse emporter par une volonté de comprendre et d’expliquer qui prend le pas sur le ressenti primaire de l’œuvre. En me reprenant, entendez en me laissant aller, je constate qu’Akron/Family fait partie de ces groupes qui se distinguent par leur propension à être plus sympathiques que d’autres. Ils ont beau tirer dans pas mal de directions, s’inscrire dans un mouvement qui a fait de très nombreux émules, ils gardent une ligne directrice qui s’inscrit en filigrane, celle du plaisir.

On peut maintenant, si ce n’est fait, aller lire la critique de Benjamin F sur la toute jolie nouvelle version de Playlistsociety

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

9 Messages

  • Akron/Family - S/T II The Cosmic Birthday 21 février 2011 15:19, par Spiroid

    Ahah j’aime beaucoup ton dernier paragraphe, j’ai ressenti un peu la même chose. Par contre j’ai du mal à saisir l’analogie avec Animal Collective. Certes, ils partagent ce côté expérimental qui éclate dans de grandes explosions enthousiastes, mais musicalement je trouve ça vraiment différent. Très bonne chronique cependant.

    Voir en ligne : http://tascapotosina.blogspot.com/2...

    repondre message

  • Akron/Family - S/T II The Cosmic Birthday 21 février 2011 16:02, par Laurent

    Waaa, ça donne envie dis donc ! J’ai vraiment l’impression que ce nouveau Akron Family s’annonce comme un des incontournables du moment, faudrait vraiment que je lui rende une petite visite...

    repondre message

    • Akron/Family - S/T II The Cosmic Birthday 21 février 2011 19:09, par Marc

      @Spiroid

      Très d’accord avec ton article aussi, je sens qu’ils ont fait deux nouveaux adeptes. Pour Animal Collective, je ne les considère que comme cas le plus typique d’utilisation détournée de musique folk basée sur de l’électronique. On retrouve cette composante ici, avec plein d’autres éléments.

      @Laurent
      Incontournable, je ne sais pas, mais on est quand même un petit paquet à s’enthousiasmer...

      @Benjamin F.
      Dingue de voir comme les très vieux albums (on parle de 1969 et 1970) de ce vieux groupe trouvent encore des échos dans la musique de 2011.

      repondre message

  • Akron/Family - S/T II The Cosmic Birthday 21 février 2011 17:00, par Benjamin F

    J’ai mis du temps à réaliser que c’était à Pink Floyd que je pensais souvent mais maintenant c’est évident. Un album qui marque définitivement le premier trimestre.

    repondre message

  • Akron/Family - S/T II The Cosmic Birthday 22 février 2011 15:06, par allow

    Bon, ben, j’ai essayé mais rien à faire... insupportable pour mes oreilles :(

    repondre message

  • Akron/Family - S/T II The Cosmic Birthday 3 mars 2011 17:41, par Martinsson

    Je n’ai pas encore écouté cet album mais je suis grand fan d’akron/family depuis un petit temps.
    Si S/T 2 est aussi bon que S/T 1, ça promet. Par contre, je ne comprends pas pourquoi on a massacré son titre en "Cosmic Birthday"...

    repondre message

    • Akron/Family - S/T II The Cosmic Birthday 4 mars 2011 18:11, par Marc

      J’espère que tu auras le même plaisir avec cet album-ci donc.

      Pour le titre, je pense que je n’ai jamais mis à jour le titre du brouillon d’article. Donc je l’ai modifié, merci de me l’avoir fait remarquer. Bon week-end dites !

      repondre message

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo qui se pose en stoner dense et plutôt lent. Mais la tangente est vite prise dès Go and Tidy Up your (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son étant un peu lisse et le ton fort détendu malgré le tempo jamais lymphatique, c’est un album qui pourra (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.
    On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa (...)