Accueil > Musique > Concerts > Godspeed You ! black Emperor, Cirque Royal, 29/04/2015

Godspeed You ! black Emperor, Cirque Royal, 29/04/2015

jeudi 30 avril 2015, par Marc


Quoi, les Nuits Botanique ont déjà commencé ? Eh oui, signe indéniable du temps qui passe très vite, la saison des festivals est lancée. Et on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une petite mise en bouche puisqu’on va vous parler d’un groupe majeur de la musique contemporaine.

Une première partie avant Godspeed, c’est un peu un apéro avant l’Oktoberfest, c’est un peu inutile. Pourtant, on est bien contents d’avoir découvert Xylouris White. Le duo peut en effet intriguer, regroupant un joueur grec de luth (Georges Xylouris) et un batteur australien (Jim White) notamment entendu du côté de Dirty Three et Crime and the City Solution. Mais ça marche, avec le jeu inspiré de White. Il y a même quelques très grands moments de transe là-dedans et c’est un choix assez pertinent comme première partie. D’ailleurs, le contrebassiste de Godspeed Thierry Amar vient les rejoindre pour les deux derniers morceaux. On vient d’entendre trois quarts d’heure de musique, et c’est loin d’être fini.

La première fois que j’avais vu le groupe canadien dans ce même Cirque Royal, j’étais confortablement assis sur un haut gradin, sachant que le spectacle cédait de toute façon le pas à la musique. Cette fois-ci pourtant, j’ai voulu voir ça de près (sans prendre de photos, celles en-dessous sont de la première partie). Voir quoi ? Huit musiciens (deux batteurs, deux bassistes, trois guitaristes et une violoniste) en arc de cercle, assis le plus souvent devant des amplis. Pas spectaculaire ? Non, pas dans l’acception showbiz du terme, mais cette musique prend souvent place très lentement et c’est toujours un plaisir de voir ce mur du son insurpassable se construire patiemment.

Fidèles à leur habitude, ils commencent par une longue intro et puis tout monte insensiblement. Ce n’est d’ailleurs pas tant une montée qu’une poussée continue, qui s’installe et ne lâche plus, ne lâche rien. C’est magnifique. Notez-le, en avril 2015 j’ai été le premier à dire du bien du sixième album de Godspeed qui sortira sans doute en 2017...

On sait comment se groupe fonctionne, avec des poussées de fièvre lentes et inexorables. Leur discographie compte remarquablement peu de titres mais certains sont assez emblématiques tout de même. Sur leur album de retour, on avait tout de suite identifié Mladic comme le plat de résistance. Il est livré ici, fort et intact. L’échine se secoue, l’émotion monte, la déflagration annoncée a bien lieu.

Second morceau inédit pour suivre. C’est aussi une excellente manière de découvrir des nouveautés, sur scène où ils prennent tout leur sens. On va vraiment attendre cet album. Même si on sait qu’un disque ne rend pas assez hommage aux sommets qu’ils peuvent atteindre. Le dernier par exemple compte de fort bons moments, mais ne prend toute sa dimension que live. Comme pour les vêtements, "il faut voir mis", il faut ressentir ça, ce son qui prend vie, qui prend forme et texture. On sait qu’il y a au milieu de l’album (du grand morceau en fait) une zone floue, de drone presque. On est là depuis deux heures trente, le concert a commencé il y a plus d’une heure et demie, mais on ne décroche même pas, voyant comment ils participent à la mise en place de ce magma. Avec toujours la violoniste Sophie Trudeau aux commandes douces. On l’avait déjà vue avec Silver Mt Zion, déjà flanquée d’Efrim Menuck et Thierry Amar. On sait qu’il y a une résurgence à la fin et on ne la manque pas. C’est l’emballement final.

Godspeed You ! Black Emperor est un cas limite de la musique contemporaine. On a beau connaitre certains de leurs poncifs, eux seuls peuvent pousser aussi loin l’évocation musicale, tenir en haleine pendant plus de deux heures. C’est un incontournable que je retournerai écouter encore et encore.

Article Ecrit par Marc

P.-S.

Les photos sont prises au téléphone, soyez indulgents...

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)