Accueil > Critiques > 2015

Isbells - Billy

lundi 23 novembre 2015, par marc


Marble Sounds et Isbells sont deux groupes proches et éloignés à la fois. Signés tous deux chez les indispensables Zeal Records de Leuven, ils partagent aussi une bonne partie de leur line-up. Pourtant, ils ont toujours su se différencier, pour proposer deux interprétations de la délicatesse. Donc, avant de découvrir le prochain album de Marble Sounds prévu pour le mois de janvier, penchons-nous sur cette sortie d’Isbells.

Le premier album avait été une bonne surprise, qui leur avait valu quelques comparaisons méritées avec Bon Iver. Le second avait confirmé ces belles dispositions (émaillées de passages dans des séries américaines célèbres et autres publicités) et ils poursuivent logiquement dans cette voie. Est-ce pour se différencier du groupe cousin qu’ils poussent encore leur côté délicat plus loin ? Difficile à dire, mais il n’en reste pas moins que cette discrétion du groupe de Gaëtan Vandewoude et Chantal Acda confine à l’évanescence parfois.

Un peu après le déjà très doux Billy, Calling et sa voix vocodée ne présente que des notes de piano éparses, des nappes très discrètes. Il n’y a aussi que très peu de guitare pour Nothing Goes Away qui s’en contente fort bien. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils ont renoncé à quelques passages plus sentis. Avec un peu de slide guitar, Hand On My Chest nous offre une densification en direct alors que le morceau semblait englué dans la même torpeur que le reste de l’album. Falling For You est aussi un peu plus enlevé. Et quand The Sound Of A Broken Man pousse encore plus loin la lenteur puis tente la remontée électrique, il nous livre un grand moment lumineux

En poussant encore plus loin l’intimité, Isbells produit un album presque abstrait, confinant à l’ambient parfois. Pas étonnant qu’ils partagent l’affiche avec leur compagnon de label Illuminine, pour des soirées qu’on devine très intimes. Autant le dire, la lenteur occasionnelle est un peu trop poussée pour moi mais fort heureusement, leurs poussées relancent souvent l’intérêt, montrant qu’il suffit de très peu de choses pour qu’ils deviennent vraiment touchants.

http://www.isbells.be/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)

  • Lana Del Rey - Did You Know That There’s a Tunnel Under Ocean Blvd (...)

    Généreuse dans l’effort, Lana Del Rey l’est certainement, et il faut l’être pour livrer aussi régulièrement des albums aussi consistants. Surtout s’ils sont entrecoupés de recueils de poésie. Maintenant, on peut s’affranchir d’un rappel des faits précédents. On remontera juste jusqu’au formidable Noman Fucking Rockwell ! pour signaler qu’il y a eu deux albums jumeaux en 2021 qui l’ont vu à la fois revenir à (...)