Accueil > Musique > 2005 > Morrissey : Live at Earls court

Morrissey : Live at Earls court

lundi 21 août 2006, par Marc


Avant même que l’ami Steve ne pointe sa voix, on est déjà sous le charme. C’est qu’on a reconnu le gimmick hypnotique de How soon is is now ?, un des morceaux les plus emblématiques des Smiths. Le second live officiel après Beethoven was deaf qui reprenait en grande partie les titres de Your arsenal, son plus léger album à ce jour est donc lancé de fort jolie manière.

Du précédent enregistrement à Paris en 1992 ne subsiste que November spawned a monster. Et c’est une des plus marquantes caractéristiques de ce live : des titres des Smiths (quatre ici, mais d’autres ont été joués pendant la tournée) qui sont enfin joués, comme si Morrissey ne les ressentait plus comme un poids. Certains titres n’ont pas été des tubes mais sont devenus véritablement des classiques. L’illustration la plus lumineuse est Bigmouth strikes again, qui reprend du service ici en montrant combien Morrissey est un interprète rare et précieux. Imparable. L’effet secondaire pervers est de faire paraître bien fades des titres récents qui suivent (I like you, Let me kiss you).

L’autre caractéristique est la présence massive de titres du dernier album. Il est vrai que celui-ci a marqué un retour au premier plan, une maison de disques satisfaite et des ventes dignes de son talent. Ne subsiste presque plus finalement du reste de ses oeuvres solo que le The more you ignore me, the closer I get du formidable Vauxhall and I. Ce choix se justifie puisque certaines chansons tiennent plutôt bien la route (The first of the band to die, Irish blood, English heart, I have forgiven jesus) mais beaucoup moins pour les autres. Dans le même ordre d’idées, le reggae tordu de Redondo beach ne passe pas des masses non plus.

En dépit d’un groupe bien lisse, la voix du Moz (une des plus formidables qui soient) est intacte comme son envie. Un grand moment donc. De plus, si ça pouvait permette à certains de découvrir l’oeuvre des Smiths (à propos, la sélection des titres des deux best of est vraiment impeccable), ça ferait quelques heureux de plus sur terre et ce serait déjà ça de gagné. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)