Accueil > Musique > 2006 > Live @ KEXP Volume 2

Live @ KEXP Volume 2

mercredi 13 décembre 2006, par Marc

Where the music matters


Le paysage radiophonique est constitué de 90% de stations inintéressantes. C’est vrai quels que soient vos goûts et Seattle n’échappe pas à la règle. C’est au hasard d’un zapping matinal que je suis tombé sur l’émission culte (je ne le savais pas encore) de John sur KEXP 90.3 fm si vous êtes dans le coin). C’est toujours intrigant d’entendre un obscur Joy Division sur le coup de 8h00. Depuis, il ne se passe pas une matinée sans que je m’instruise, m’émerveille, me lasse aussi parfois au son de cette radio. Qu’on ne s’y trompe pas, la programmation du reste de la journée n’est pas toujours à l’avenant, l’exigence étant la seule ligne directrice qu’il s’agisse de reggae, de musique du monde ou expérimentale.

Suis-je en train d’inaugurer une nouvelle série de critiques de radios ? Que non pas, le propos est une compilation mystérieusement intitulée Live At KEXP Volume 2. Il s’agit d’une collection de captations dans les studios de cette radio. La distribution en est exemplaire. Un mélange de groupes du moment de gloires de l’indie sur le retour et de groupes locaux. Plus crédible tu meurs. Dans la première catégorie on peut trouver une version d’Insistor qui prouve que Tapes ‘n Tapes n’est pas juste une baudruche internet, The Decemberists qui laissent entrevoir leur potentiel, un brillant Munich d’Editors qui est un peu meilleur que leur niveau en concert, un fatalement impeccable Bright Eyes acoustique ou encore l’excellent The Funeral des locaux Band Of Horses. La seconde comprend aussi bien le post-punk anguleux des souvent imités Gang Of Four, une superbe version acoustique de People Have The Power de Patti Smith, une institution à elle toute seule. Je voudrais vous épargner la critique track-par-track, toujours fastidieuse sans compter que ce qui peut vous plaire ne sera pas nécessairement. J’ajouterai juste qu’il y a aussi un peu de Hip-hop de haut niveau (M.I.A., Lyrics Born) qui apporte une diversité bienvenue et que Zero 7 peut rester intéressant dépouillé de la couche électronique.

Je terminerai par une mauvaise et une bonne nouvelle. La mauvaise, c’est que cette compilation n’est disponible que jusqu’au 31 décembre 2006. Dépêchez-vous de vous rendre dans un des disquaires le possédant ou de le commander en ligne sur le site www.kexp.org. Restez-y (sur le site) pour la bonne nouvelle. En fait cette compile n’est que la partie émergée d’un énorme iceberg. Je m’y suis retrouvé comme un gosse de quatre ans dans un magasin de jouets, ne sachant plus où donner de la tête, écoutant toutes ces merveilles par tranche de vingt secondes avant de changer pour une autre. Au bord de la crise de nerfs. Là, je me suis bien repris. Il y a à peu près tout ce dont on vous dit du bien, de dEUS à Arcade Fire en passant par The Veils ou Beirut. Ou de Dizee Rascal à The National en passant par Maximo Park ou Sufjan Stevens. Enfin, allez-y quoi... J’y retourne régulièrement pour voir ce que j’aurais oublié et j’en redécouvre à chaque fois. C’est gratuit, légal et exclusif puisque tout a été capté dans leurs studios en live.

Where the music matters’ est le slogan de KEXP. Ce sont mes amis, ce seront bientôt les vôtres.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A priori, cet enregistrement acoustique de l’album Rook (dix ans déjà pour cette merveille) par Jonathan (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop tard. C’est pour ça que vous n’avez pas eu droit au compte-rendu de la prestation de The National à (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit payante et leur offre la visibilité qu’ils méritent.
    Shearwater en concert, on peut dire qu’on sait ce que (...)