Accueil > Critiques > 2006

Tv On The Radio : Return To Cookie Mountain

vendredi 29 décembre 2006, par marc

Eloge de la modernité


Pourquoi revenir à Tv On The Radio alors que leur précédent ne m’a avait pas exactement retourné ? Parce qu’il ne faut pas nécessairement rester sur un échec et ce que j’avais eu l’occasion d’entendre étaient d’un tout autre niveau. Qu’est-ce qui a bien pu me rendre cet album attirant dès lors ? C’est ce que je vais tenter d’expliquer.

Un des domaines dans lesquels Tv On The Radio excelle, c’est bien le son. Très dense, il est à la fois ce qui attire et déconcerte. Déconcerte parce qu’en cherchant bien, il y a peu de styles musicaux qui ne sont pas représentés. Mais plutôt que les juxtaposer en jouer les montagnes russes, comme Malajube par exemple, ils en empruntent quelques éléments et jouent sur les textures. Pas de couplet-refrain en vue. Dans un morceau comme Playhouses, il y a des guitares années ’90, un rythme presque breakbeat, et une guitare qu’on ne remarque que quand les autres instruments se calment. Même quand il y a peu de choses dans le morceau (A Method), on reste très cohérent avec le foisonnement du reste de l’album. Un morceau s’approche parfois d’un style défini, mais n’y rentre jamais vraiment. A leur échelle, Whirlwind peut même passer pour une ballade. Ils peuvent mêler des rythmes tribaux et une guitare extra-froide tout en agrémentant le début et la fin de claps très Cure première époque (Let The Devil). Ils font leur shopping à travers les époques en n’inscrivant sur leur liste que ce qui pourra servir le morceau.

La présence de David Bowie sur Provinces ne relève pas de l’anecdote. S’il a depuis longtemps prouvé un goût certain en matière de nouveaux groupes (Placebo, Clap You Hands Say Yeah, Arcade Fire, Indochine - celui-là c’est pour rire...), la filiation est ici évidente. Sa voix se fond d’ailleurs parfaitement à l’ensemble. Dans sa longue carrière, lui aussi a pu transcender certains styles. Tente ans après sa trilogie berlinoise, voici un écho du côté de New-York. Tant que j’en suis à la citation, on des albums les plus proches est le premier de Tricky, Maxinquaye, pour le groove sombre.

C’est quand même de la musique pour esthètes, pour ceux qui sont prêts à enlever les couches une par une, pour tirer le meilleur de ces chansons. Si la première écoute est gratifiante, il faut quand même une certaine attention pour en tirer la quintessence. Sans compter que ce n’est pas exactement fredonnable. C’est pourquoi je parlerai d’un certain élitisme. C’est au demeurant le seul reproche objectif, qui n’en est pas un en soi : cet album est juste intrigant à la première écoute. Il devient intéressant à la troisième et addictif à la dixième.

Tv On The Radio
produit de la musique de son temps, qui ne s’embarrasse s’absolument aucun passéisme ou nostalgie. C’est la musique d’un groupe décidé à explorer des champs nouveaux et à faire de la sculpture sur son. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls. On peut établir un parallèle entre ce désir de faire subir les derniers outrages au rock comme Animal Collective et Grizzly Bear l’infligent au folk ou Snowden à la new-wave. Comme chez ces groupes, Tv On The Radio procède par superposition, apparaît comme froid au premier abord avant de révéler son intensité et son humanité après des écoutes où les couches se dissocient les unes des autres. Il y a en sus une réelle puissance. Wolf Like Me restera comme un des meilleurs morceaux récents. Il faut enfin dire que l’interprétation et la production soient à la hauteur. Un peu d’approximation et le tout vire au chaos sonore, et quitte les rayons du rock pour ceux de l’expérimental supportable un jour de fort bonne humeur.

Voilà, ma a-list de cette année est complète maintenant. Je ne pouvais pas manquer cette musique qui fait la synthèse de tellement de choses qu’elle en devient inclassable. Avec en sus une puissance et des compositions hypnotiques qui créent d’authentiques bons morceaux. Il n’y a pas que des groupes passéistes de nos jours, et ce rock certes parfois cérébral est là pour prouver que la modernité peut encore s’incarner.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)