Accueil > Critiques > 2007

Apparat - Walls

vendredi 28 septembre 2007, par Marc

Le silence est d’or


Si j’écoute de la musique électronique avec une certaine assiduité, profitant des conseils glanés chez d’éclairés connaisseurs, j’ai toujours considéré que j’y connais trop peu pour bien en parler. Apparat nous avait vraiment soufflés, un jour où un peu par hasard on était allé le voir au Beurschouwburg. Sa prestation et sa disponibilité étaient en effet très séduisantes. Si on ajoute qu’il était en partie derrière l’album Orchestea Of Bubbles de sa comparse Ellen Alien, la curiosité était légitime. Il faut bien le dire, l’album a trainé sur mon ipod pendant plusieurs mois, avant même que je ne jette une oreille dessus. Il faut croire que son heure est venue, c’est tout.

Apparat capte l’attention dès les premières minutes de Not A Number. Toute la panoplie y passe ou presque : arrangement de cordes (synthétiques), mélodie accrocheuse à base de cloches, montée en intensité, la maîtrise semble presque absolue. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ? C’est à ce moment qu’intervient la voix.

Il faut être prudent quand on introduit des voix dans la musique qui fait blip. On tombe vite dans le syndrome diva dance, le piège rédhibitoire. Les solutions sont éprouvées depuis longtemps : vocodeur kitsch (Daft Punk), distorsion extrême (The Knife), chant désincarné (Miss Kittin) ou encore lignes floues et sous-mixées (Underworld). Tout ça pour dire que ce sont les moments où Sasha (son prénom dans la vraie vie) se fait entendre qui me séduisent moins sur cet album. Ce n’est pas indigne, loin de là mais c’est un peu trop lisse par rapport à la force de la musique comme sur Headup. De plus, on s’y habitue relativement vite. Mais pour atteindre les sommets auquel il peut légitimement prétendre, il lui faudra sans doute étoffer son carnet d’adresse de vocalistes. On se prend à rêver par exemple d’une Hope Sandoval posant sa voix là-dessus.

J’ai déjà parlé de l’état de nervosité dans lequel me plonge l’électro lente. C’est pourquoi les albums de Junior Boys et Royksopp m’ont tant irrité malgré leurs qualités musicales. Il vaut mieux une musique d’ambiance bien faite et assumée que de la dance molle folasse. C’est une réflexion purement personnelle, à vous de voir où vous vous situez. Ici par contre, je cède de façon inconditionnelle

A l’heure ou certains effectuent un virage vers le tout rythmique (écoutez le faux mix de Ricardo Villalobos sur le Fabric 36 si vous aimez les expériences borderline), Apparat se fait plus soyeux. Par exemple, You Don’t Know Me donnerait presque envie de réaliser des films pour l’illustrer. Les violons synthétiques ne sont pourtant pas ce qu’on fait de mieux pour susciter une ambiance. Qu’à cela ne tienne, ceux d’Useless Information sont impeccables et ce morceau est une preuve de sa subtilité. A l’heure où Massive Attack va nous revenir sans qu’on en attende grand-chose suite à leur 100th Window pas passionnant, la relève est sans doute déjà prête. Certains morceaux prouvent en tous cas qu’il est moins sucré qu’un Craig Armstrong dans les arrangements. Il est souvent vain d’opposer des groupes mais ici, c’est un peu la meilleure évolution qu’aurait pu accomplir le duo de Bristol. Une fois qu’on a ce groupe historique en tête, l’analogie fonctionne pour une partie de ce disque. Mais pas entièrement, la part d’électronique étant plus importante et le groove moins présent.

Donc, en résumé, la version karaoké ou instrumentale serait un de mes albums de l’année mais trop souvent, sa voix en fausset m’empêche de pleinement apprécier certaines des plages de ce Walls de haute volée. Les instrumentaux sont par contre parmi les plus forts du genre. Tout le monde à de toute façon intérêt à se frotter à ce désormais grand nom de la musique tout court.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)