Accueil > Musique > 2010 > Owen Pallett - Heartland

Owen Pallett - Heartland

jeudi 14 janvier 2010, par Marc

Lewis il est super fort.


Quand vous choisissez un nom trop courant pour désigner votre projet, le risque n’est pas nul de devoir vous adapter. C’est ce qui est arrivé à Owen Pallett qui a repris son vrai nom pour ne pas être confondu au Japon (où il compte être distribué) avec le célèbre jeu auquel il avait trouvé opportun d’emprunter son nom. Ce n’est pas grave, on savait qui se cachait sous Final Fantasy depuis le début. Enfin, depuis que je l’avais vu sur la scène du Cirque Royal. Comme déjà souvent évoqué, il s’agissait pour lui d’ouvrir le bal pour un concert mémorable d’Arcade Fire, qu’il a rejoint sur scène, lui qui avait participé aux arrangements.

C’est d’ailleurs en tant qu’arrangeur qu’il s’est particulièrement distingué depuis. Pour les deux albums d’Arcade Fire évidemment , Beirut aussi, mais aussi pour les somptueuses cordes des Last Shadow Puppets. Il peut aussi bien collaborer avec les Pet Shop Boys ou Mika. Polyvalent donc. Et aussi omnipotent, parce qu’on sent sur cet album comme sur ses autres une direction. Notons pour ceux qui aiment ces précisions que le batteur d’Arcade Fire Jeremy Gara est de la partie, ainsi qu’un orchestre symphonique tchèque (sisi). Ah oui, le thème est selon ses dires « un fermier nommé Lewis et le monde fictif de Spectrum. Les chansons sont une partie d’un dialogue entre Lewis et son créateur ». Voilà, c’est dit.

Le premier contact avec l’album est donc étrangement difficile. Alors que certains morceaux, vus exécutés en direct live (à Belfast, lire ici) donnaient une grosse envie de les retrouver gravés sur cd pour pouvoir en faire tranquillement le tour. Mais rien à faire, c’est un peu touffu, étouffant, même quand l’envie est là. La solution est simple : écouter, encore écouter, se laisser prendre par la main pour que cet album complexe mais fondamentalement brillant puisse infuser. Et là, je me souviens pourquoi, par exemple, l’album précédent avait été mon album de l’année 2006.

En concert, les gimmicks d’un The Great Elsewhere sont plus immédiats, moins noyés, et m’avaient plu dès la première écoute. Comme c’est plus alambiqué ici, il faudra plus de temps pour que cette étrange conjonction de rythmes, de violons en couches, de piano rythmique. Mais ce morceau se révèlera vraiment très grand, ample, et sans doute insensible à la lassitude. La porte d’entrée Midnight Directives n’étant pas la plus facile à cerner d’ailleurs. Parce que si en écoute distraite les composants peuvent paraitre hétérogènes, une écoute attentive en révèle tous les recoins secrets. Il faut dire aussi qu’il est un peu irrégulier, comme sur ses œuvres précédentes. C’est ce qui rend ses albums parfois plus difficiles. Malgré toutes ces considérations, certains morceaux m’ont semblé manquer de relief, comme Tryst With Mephistopheles. Sans doute une position en fin d’album riche est-elle aussi en cause.

Pour l’inratable décollage, allez voir du côté de Lewis Takes Off His shirt. Parce que l’entêtement clavier en boucle permet de créer la tension, laquelle sera exultée par les violons dans des bribes de phrase (ici, c’est le I’m Never Gonna Give It To You) jusqu’au point de rupture. Voilà, vous êtes rentrés dans cet Heartland par la grande porte. On retrouve là ce qui marchait chez This Is The Dream Of Win And Regine.

Contrairement à un Andrew Bird par exemple, Owen est plus un brillant arrangeur qui s’exprime par surgissements qu’un singer-songwriter classique. Ce qui fait que ses productions personnelles sont plus fouillées, moins lumineuses. Plus tordues aussi que les douceurs d’un Sufjan Stevens. Mais dans la dernière génération d’arrangeurs de talent qui font de leur ornement la substance de leurs compositions, Owen est un mètre-étalon inévitable. Il m’a fallu un certain temps pour me convaincre que ces chansons-là voulaient aller quelque part mais j’ai bien dû me rendre à l’évidence, Owen fait toujours partie de mes artistes préférés. Frottez-vous donc à ce brillant troisième album qui ne le réinvente pas mais qui le suit au plus profond de son talent.

http://finalfantasyeternal.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

8 Messages

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)