Accueil > Critiques > 2016

LNZNDRF - LNZNDRF

lundi 22 février 2016, par marc


Ce n’est pas une condition suffisante et encore moins nécessaire pour être un grand groupe, mais on ne peut s’empêcher de constater que les membres des formations les plus excitantes de ces dernières années ont une furieuse tendance à exprimer leur créativité en dehors de leur camp de base. Les cas de Radiohead ou Arcade Fire sont assez éclairants à ce propos.

The National est aussi un groupe dont la stature augmente album après album. On pourrait penser que le corolaire serait un recentrement sur une formation qui a un succès indéniable, c’est le contraire qui se produit. Qui plus est, les projets ne sont jamais de petites collaborations ou de brefs défoulements, ils produisent de vrais albums, parfois même magnifiques. On avait déjà parlé de ce que Bryce Dressner avait fait sur Clogs (entrainant son frère Aaron Dressner et Matt Berninger) et à quel point c’était beau, on vous a dit le bien qu’on pensait d’EL VY formé par Matt Berninger et Brent Knopf, voici un autre projet qui est publié sur 4AD.

Formé par les frères Scott et Bryan Devendorf, soit la section rythmique de The National et de Ben Lanz qu’on a croisé avec The National, Beirut ou Sufjan Stevens, LNZNDRF (ça se prononce Lanzendorf, ces gens ont un problème de voyelles) vient de sortir son premier album qu’ils défendent actuellement sur la route. S’il ne se hisse pas au niveau des deux collaborations précitées, il y a bien des raisons de se pencher sur leur cas. Parce que même s’il est compliqué lors d’une écoute à l’aveugle de déceler l’origine des membres, ils ont emporté avec eux une épaisseur de son qui est d’emblée manifeste. Les morceaux de The National sont en effet toujours plus complexes qu’ils n’en ont l’air, notamment grâce au boulot inattaquable des frères Devendorf.

Future You est un instrumental dense, un peu dans la veine de ce que proposaient des formations comme Holy Fuck. Donc pas vraiment du post-rock. La voix ne déboule que sur le second morceau et apporte un vrai plus. Certes, ils n’ont pas en leur rang un vocaliste de la trempe de Berninger mais il y a de l’intensité tout de même sur Beneath The Black Sea qui peut rappeler que New Order aussi se lançait dans de longues digressions musicales. C’est le son de basse qui y fait penser, un peu. On est moins client de l’autotune sur Monument, on préfère nettement quand la majesté rappelle les cieux d’orage des Besnard Lakes (Mt Storm).

Du rock instrumental pas trop lymphatique finit toujours par évoquer le krautrock à un moment ou l’autre et on y songe sur le dernier morceau qui se présente comme une longue progression qui ne s’épargne même pas un peu de bruitisme.

Rien ne remplace la compétence, c’est une vérité à méditer pour ceux qui espèrent qu’on trouvera du charme à leur maladresse. Et les trois comparses qui ont fondé ce groupe peut-être pas si éphémère sont là pour le rappeler et présenter un résultat est solide, charpenté et non dénué de fantaisie.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)