Accueil > Critiques > 2007

Wilco - Sky Blue Sky

jeudi 17 mai 2007, par marc

Dans la série, "Les oxymorons connus", aujourd’hui, le ’rock adulte’


Il est des groupes atypiques dans leur biotope, au parcours un peu inhabituel. Wilco est à cet égard un peu à part, pratiquant un rock très teinté de classicisme seventies et passé d’un état brouillon à un état de grâce en un seul album.

C’est lors de leur phase euphorique que je les avais rattrapés. Rappelez-vous la magistrale entrée en matière de A Ghost Is Born. Une guitare venait déchirer un morceau d’une grande délicatesse, l’entraînant dans les plaines du Crazy Horse. Ici la guitare du premier morceau vient juste faire joli. Au lieu de la distorsion, un son presque easy-listening. On ne fait que le soupçonner, tout le drame de ce qui va suivre est posé. La confirmation de ce mauvais pressentiment prendra un peu de temps vu que le second morceau (You Are My Face) est plus enlevé.

Ce qui frappe d’emblée, c’est que Wilco n’a pas tenté de refaire le coup de son meilleur album, mais de bouger, d’évoluer. A priori, l’intention est louable. Mais personnellement, je ne peux que me désoler de leur nouvelle direction. Car de sympathiques espoirs en flamboyantes confirmations, ils sont maintenant passés du côté d’un rock ‘mature ‘, ce qui est une oxymore que je n’apprécie que moyennement.

S’il y a quelque chose qu’on ne peut pas reprocher à Wilco, c’est leur talent de composition et d’interprétation. Il y a donc toujours de bonnes parties de guitare (Impossible Germany), voire des solos qui ‘déchirent’ (Side With The Seeds) ou encore carrément exagérés (la plage titulaire qui est sans ça une fort honorable balade) avec de la steel partout. Dans le rayon des goûts douteux, le proto-funk de Walken et l’orgue par trop marqué pattes-d’eph’ de Shake It Off tiennent la corde. La musique bien composée, bien jouée, bien chantée, mélodiquement réussie, aux parties instrumentales soignées peut se révéler si pas ennuyeuse, du moins pas indispensable.

Ce Sky Blue Sky ne suit certes pas la ligne d’orthodoxie de l’indé américain mais d’autres se situent dans cette marge. Citons par exemple My Morning Jacket qui a décidé de ne pas choisir entre alternatif et jam-band. Dans le même ordre d’idées, les albums récents de Bright Eyes et Midlake sont un peu dans la même veine. Ils sont américains et les autoroutes interminables et la musique qui va avec ne sont pas loin. Pour ne rien vous cacher, je l’ai même testé après une journée de boulot sur l’Interstate 5. Il y a sa place, c’est indéniable. Mais contrairement aux deux groupes cités qui alternaient le splendide et le pas emballant, la qualité est constante ici (un petit bonus pour l’excellent morceau final On And On And On qui nous récompense d’être arrivés au bout).

Certes, ils ont gardé cette capacité à détourner un morceau, pour pouvoir montrer à l’auditeur Plus chouette avec des accélérations (Side With The Seeds) parce que ce sont avant tout de bons instrumentistes. Mais le procédé est trop employé top systématiquement et ressemble trop à ce qu’ils ont déjà fait. C’est de toute façon un album qui se déforce à fur et à mesure qu’on rentre dans le détail. Par contre, pris d’un bloc, il est sympathique, ce qui est un pas en arrière. Prises individuellement, les chansons sont toutes dignes. Mais 12 de suite, c’est un défi à l’attention.

Le soleil brille ? Wilco vous accompagnera dans vos déplacements lents sans vous inspirer de spleen. C’est déjà pas mal. Mais au vu de l’émotion pure qui sourdait de l’album précédent, on attendait plus, beaucoup plus du nouveau Wilco qui marque une régression notable vers les territoires balisés d’un rock fm de haute qualité.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)