Accueil > Critiques > 2012

DeVotchKa - Live With The Colorado Symphony

lundi 26 novembre 2012, par marc

Maximalisme


Une vie ne suffirait pas à faire la liste des mauvaises idées musicales. Les plus pernicieuses étant celles ne sont pas immédiatement détectables. Après Patrick Wolf qui revoit ses ambitions à la baisse et en sort de bien belles versions, c’est le trio DeVotchKa qui prend ses aises avec rien moins qu’un orchestre symphonique. On a connu quelques accidents industriels dans le genre, comme un Metallica finalement rigolo, mais aussi des confirmations brillantes comme celle que nous a apporté Antony cette année.

Les instruments autres que la guitare-basse-batterie ont toujours été présents chez DeVotchKa. Ce qui fait que cet orchestre ne fait que souligner et ajouter de l’ampleur à des morceaux qui souvent ne demandaient que ça. Dès The Alley, on constate le gain sensible en ampleur. N’attendez donc pas des versions compassées, mais quelques belles et remuantes choses. Contrabanda est de celles-là.

Quand un morceau brillant se trouve sur un album, il y a des chances que ce soit dû à la virtuosité de l’ingénieur du son. Il faut parfois attendre le verdict de la scène pour que le potentiel soit révélé. Pas de doute pour le virevoltant All The Sand In All The Sea qui monte encore d’un cran en intensité. Ne pas ralentir le morceau malgré la présence d’une belle brochette de musiciens est définitivement une bonne idée.

Je ne connaissais donc pas le somptueux final How It Ends qui lui aussi pourra figurer dans l’anthologie des morceaux de fin (projet à avorter prochainement). Firetrucks On The Boardwalk, morceau présent sur les versions étendues de 100 Lovers est un instrumental qui reçoit le renfort d’une chorale d’enfants. Il est donc particulièrement à sa place ici.

Ce ne sont pas les moments plus latinos qui me plaisent le plus, sans doute parce qu’ils sont moins propices à cette relecture (Along The Way). Par contre, ils cultivent toujours aussi bien cette forme de mélancolie enjouée comme peuvent le cultiver quelques ressortissants de l’est. Et, à l’instar de Beirut, on est surpris que ce soit un groupe américain qui puise dans ce large patrimoine.

On rappelle à tous les amateurs de Calexico, Beirut ou Get Well Soon d’ajouter cette formation à leur liste de courses (même s’ils n’ont pas la même constance et que la voix est un peu moins marquante), mais j’ai l’impression qu’ils ne m’ont pas attendu. Pour ceux qui découvrent, ce concert pourrait être une bonne introduction tant les morceaux du groupe du Colorado prennent de nouvelles couleurs avec ce traitement maximaliste. Dernière question, DeVotchKa, vous passez quand chez nous ?

http://www.devotchka.net/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit (...)