Accueil > Critiques > 2021

Gaël Faure – L’Eau et la Peau (EP)

mardi 25 janvier 2022, par Marc


Vous vous en doutez, les sollicitations, les clips et les annonces s’amoncellent vite dans une boite mail. Ce n’est pas une excuse, mais certains passent entre les mailles du filet. Mais il y a aussi des secondes chances. Il a fallu une vidéo réalisée par Patrick Watson d’un morceau écrit par Barbara Carlotti pour que la magie opère et qu’on se penche enfin sur un EP sorti en septembre. En remontant plus loin, on se rend compte que ça fait des années qu’on est passés à côté de cet artiste. Alors on se concentre pour que vous ne fassiez pas la même erreur.

Et on voit si la connivence s’établit, sans qu’on puisse toujours comprendre pourquoi. Sans doute grâce à la fluidité de L’Œuvre de Nos Vies. Tu Risques Quoi est ce genre de morceau qui impose sa langueur,
avec un clavier entêtant comme du Sébastien Tellier. Et puis un chorus qui pousse au dodelinement, indéniablement. Renoncer marche par sa simplicité tandis que The Healer se présente en blues lancinant, avec un effet sur la voix assez convaincant, l’emmenant
dans des zones pas toujours éloignées de David E. Edwards (16 Horsepower, Woven Hand), en moins habité évidemment.

Bref, voilà un nouveau nom à retenir si ce n’est fait, un chanteur francophone qu’on ne laissera plus passer tant ces 5 titres (et le nouveau) nous ont semblé convaincants. Le puits d’artistes qui nous plaisent
sans qu’on ne les connaisse semble sans fond. Et on ne sait pas si c’est réjouissant ou intimidant.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)