Accueil > Musique > 2008 > Arnaud Cathrine et Florent Marchet - Frère Animal

Arnaud Cathrine et Florent Marchet - Frère Animal

jeudi 29 mai 2008, par Marc

Frères d’armes


Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas au rayon disque que vous trouverez l’album dont il est question aujourd’hui mais au milieu des bouquins. L’association de l’écrivain Arnaud Cathrine et du chanteur Florent Marchet prend en effet la forme d’un livre agrémenté d’un cd. C’est un objet différent donc, mais le livre ne reprenant que ce qui est chanté, on ne sort pas du cadre strict de ce site.

Nous suivons Florent Marchet depuis le début, et depuis ce temps-là on le défend. Ce n’est pas encore ce Frère Animal qui va nous voir le lâcher. Après un premier album très prometteur, Gargilesse, qui traitait déjà de la vie en province, avec un ton à lui mais pas encore vraiment distinct, il a affiné l’écriture et surtout les arrangements sur Rio Baril, qui l’a désigné comme incontournable dans le paysage hexagonal. L’écrivain, quant à lui, a signé plusieurs livres pour l’Ecole Des Loisirs (livres pour la jeunesse) et sept romans pour les éditions Verticales, qui publient ce Frère Animal. Comme il a signé les textes de quatre titres sur Rio Baril, la transition sera facile pour l’auditeur. Les styles de Cathrine et de Marchet sont d’ailleurs fort proches, naturalistes, directs, et inspirés. Difficile aussi à une oreille distraite de faire la différence entre leurs parties respectives des rôles qu’ils jouent.

Ce Frère Animal est une histoire. Enfin, pas vraiment, plutôt un entrelacs de portraits croisés, d’un portrait de famille (très masculin d’ailleurs). Il y a bien une progression dramatique, mais plus comme dans l’ Homme à La Tête de Chou ou Melody Nelson de Gainsbourg. Le père fidèle à sa résignation, un des fils brillants, l’autre rêveur qui ne veut pas se laisser engloutir par une machine trop huilée, ce sont les principaux acteurs. Pas des figures glamour donc pour cette vie en province, avec ses destins normalement tracés dans une entreprise locale toute-puissante, les indispensables compromis de la vie, les gens détestables ou sympathiques qu’on peut y croiser. Et, comme dans Rio Baril, un burn-out clôture le tout. Evidemment, le ton est plutôt sombre, mais pas le traitement, qui montre toujours une belle vitalité.

Dans ce contexte, isoler un morceau est un peu inutile. Le ton parlé-chanté ne pardonne rien, ne laisserait passer aucune mièvrerie, aucun sentimentalisme. Et de fleur bleue, il n’est pas vraiment question. De sensibilité sans doute, mais pas de sensiblerie. On n’est pas dans la comédie musicale, style qui m’est odieux entre tous (les dialogues ne sont pas chantés, sans quoi je n’en parlerais même pas).

La musique est toujours inventive, très sobre et à haute teneur mélodique (Le Vieil Enfant). Le contraste est parfois flagrant entre la douceur de la La Chanson du DRH et la dureté des termes du protagoniste. C’est en tous cas chaque fois agencé comme une chanson, avec de vrais refrains, et certaines poussent la logique plus loin comme Entre Les Mailles Du Filet et Désolée chantées par Valérie Leulliot (Autour de Lucie).

Le doute n’est plus permis maintenant, Florent Marchet est un des artistes français les plus passionnants du moment. On en sait pas si on le préfère dans ces exercices plus concrets ou dans un format plus courant mais on attend la suite. Sans doute trop âpre dans ses sujets pour aspirer à une large diffusion, son talent d’arrangeur s’affirme encore. A vous d’en profiter.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)