Accueil > Musique > 2009 > The Decemberists - The Hazards Of Love

The Decemberists - The Hazards Of Love

mercredi 25 mars 2009, par Marc

Un goût de trop


The Crane Wife est sans doute un des rares albums que j’ai acheté juste parce qu’il était mis en évidence chez un disquaire. Autant dire que c’était mon premier mais pas le dernier achat de la sorte chez ce marchand (la petite chaine Sonic Boom pour l’anecdote) tant cet impeccable album figurait haut dansmes préférences de cette année-là.

Honnêtement, je ne connais pas bien la discographie du groupe de Portland, Oregon. Si je l’avais découvert via l’album précédent, je n’ai qu’une connaissance parcellaire de ce qui a précédé. Ce n’est donc pas en fan que je me présente, et je n’étais pas la cible de leurs recueils Always The Bridesmaid qui ont tenu les amateurs hardcore en haleine fin 2008.

Aucun style musical n’est mauvais en soi. On se trouve évidemment des affinités plus ou moins grandes avec chacun mais le rock progressif et les albums-concepts narratifs, soit dit entre nous, ce n’est pas ce qui me conduit le plus sûrement à l’extase. C’est que j’aime les plaisirs simples voyez-vous. Alors le son du synthé de prélude est déjà un programme en soi qui n’annonce rien de bien folichon. Heureusement, les violons viennent à point nommé apporter un peu d’humanité.

Alors, comment se fait-il que The Crane Wife reste un de mes albums préférés alors que celui-ci me laisse plus ou moins froid alors que les deux reposent sur un thème cohérent ? Difficile à dire mais je vais essayer quand même pour que vous n’ayez pas fait le voyage pour rien. Même si je ne suis pas complètement un manche dans la langue d’Obama, c’est surtout l’aspect musical qui m’importe et le propos ici m’est un peu passé au-dessus. Il s’agit encore d’amours contrariées, d’une reine de la forêt jalouse et d’autres choses qui bien franchement me laissent vraiment froid. D’autant que le propos narratif implique trop souvent des lignes mélodiques pas toujours limpides (Margaret In Captivity). Et puis le principe des morceaux en parties, des thèmes musicaux récurrents, des voix différentes pour les rôles, ça va un peu mais en 2009, le charme suranné ne m’émeut pas plus que ça. Est-ce que ce ne serait pas simplement le rock à guitares qui ‘passe moins bien’ ? C’est probable mais il n’en reste pas moins qu’intrinsèquement, les intrusions de riff un peu gras sur A Bower Scene sont un peu datées. Mais l’énergie rock peut aussi très bien passer sur The Rake’s Song.

L’avantage d’un album construit autour d’un thème, c’est la cohérence musicale. S’il reste de bons morceaux, c’est pris individuellement qu’ils risquent d’être moins marquants. La force de la Femme Grue, c’était quand même l’enchainement sans pitié de tous bons morceaux sans que le niveau ne retombe. On avait déjà une uniformité si vous voulez, mais avec une moyenne plus élevée. Il n’y en a aucun que je sortirais facilement pour faire succomber quelqu’un aux charmes des Decemberists. J’essaierais sans doute The Crane Wife pt. 2 ou We All Go Down Together

Il y a quand même des moments où la ligne rouge est franchie. Tout le monde mettra la limite où bon lui semble mais je n’ai pas vraiment goûté les thèmes musicaux récurrents menés par un clavier et une guitare ensemble (The Hasards Of Love Pt 3 mais à plein d’autres endroits, prog quand tu nous tiens), dans le plus pur style ampoulé seventies (The Wanting Comes In Waves et son inévitable reprise). Donc pour apprécier cet album il est paradoxalement préférable d’oublier tous les bons moments passés avec l’album précédent. Tout est un peu too much, jusqu’au final solo de pedal steel. C’est que la sobriété n’est pas leur caractéristique principale pour le coup.

A ce moment-ci de la critique, il est de bon ton de conclure. Et qu’écrire ici ? Que définitivement, la veine progressive et un peu ampoulée n’est pas ce que je préfère dans la musique en général donc pas davantage chez The Decemberists. En cédant un peu de leur folk-rock inspiré pour plus d’ampleur, ils aboutissent à un album cohérent de bout en bout, plutôt bon au final, mais trop connoté dans un style un peu héroïque pour qu’il puisse vraiment me plaire. Il est de coutume de dire qu’un goût de trop est préférable à un gout de trop peu mais ce Hazards Of Love vient faire mentir le cliché.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • The Decemberists - The Hazards Of Love 29 mars 2009 20:29, par Olivier Morneau

    Ouais, The Crane Wife était vachement meilleur. Et tiens, j’ai remarqué que toi aussi t’écrivais sur mam-web maintenant. C’est sympa.

    Voir en ligne : Force Critique

    repondre message

  • The Decemberists - The Hazards Of Love 3 avril 2009 22:50, par Mathusalem

    Hello...
    Bon, effectivement,je dois bien avouer que ta critique est objective, pertinente...
    Force m’est aussi de constater à quel point les morceaux, pris séparément, tiennent moins bien la route que ceux proposés dans "The Crane Wife"...
    Ceci dit, avec mon background Prog et ma nostalgie(Assumée) Des "Concept Albums", même un peu lourdingues, je dois dire que j’ai malgré tout assez apprécié cet album...
    Que veux tu..On ne se refait pas hein ?... ;-)
    Bonjour chez vous....

    repondre message

    • The Decemberists - The Hazards Of Love 6 avril 2009 13:01, par Marc

      Bah, ’prog’ et ’concept album’ ne sont pas des gros mots hein. Mais ce n’est pas le genre de chose qui me fait saliver par défaut. Sans connaitre le précédent, j’aurais sans doute encore mieux apprécié cet album.

      Bonjour chez vous !

      repondre message

  • Piles - Una Volta

    Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, il n’y a pas d’invités vocaux au programme. Il y a bien quelques extraits sonores sur Materials in Us (...)

  • The Defigureheads - Chaos and Cosmos

    Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à l’attente.
    Dans le genre, on s’est habitués au versant psychédélique et stoner du genre et ce n’est pas (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours exigeante, est à peu près exempte de reproches, l’équilibre a rarement été atteint. “Debut” et “Post” : trop (...)

  • Blanck Mass - Blanck Mass

    Dans « abscons », il y a « abs »
    Soyons fou et allons loin dans l’intime. Juste entre nous, j’ai un aveu à vous faire, un gros défaut à confesser : j’ai horreur d’attendre. Faire la file, tout ça... pouah ! Très peu pour moi : c’en est maladif. Vous allez me dire que dans le domaine de la production musicale, il faut justement savoir se montrer patient : sentir poindre l’excitation en attendant la sortie d’un nouveau disque, laisser à un artiste le temps de mûrir, donner la chance à un album de nous (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)