Accueil > Critiques > 2015

Calexico - Edge of the Sun

lundi 8 juin 2015, par marc

Equilibre préservé


On ne peut souvent jamais réduire un groupe à un gimmick ou une formule, mais on aime tout de même retrouver facilement ses repères. Calexicofait partie de ces groupes qu’on avait pris l’habitude d’identifier immédiatement, et cette connivence immédiate faisait aussi partie du plaisir d’écoute.

On ne reconnait pas tout de suite le style Calexico puisque c’est un peu de synthé qui nous accueille. Mais la voix est là, cette intimité caressante qui surmonte tout. Falling From The Sky reçoit le renfort de Ben Bridwell (Band Of Horses) et c’est bien joli et engageant. La voix de JoeyBurns est d’ailleurs toujours aussi cool, grave et belle sur Miles From The Sea. C’est dans ces moments-là qu’ils donnent leur meilleur.

Si la rupture de style n’est pas à l’ordre du jour sur le huitième album du groupe de Tucson, Arizona, on constate qu’ils ont pris quelques libertés pour déplacer l’équilibre de leur mélange. Pour faire simple, ce qu’on a toujours aimé chez eux, c’est l’alliance de l’énergie sud-américaine et d’une finesse d’écriture d’indie américain haut-de-gamme. Si les cuivres attendus sont bien là sur le plus solide Bullets and Rocks, ils sont plutôt cantonnés au fond. On retrouve leur pedal-steel sur When The Angles Plated, tout est donc en place, y compris les morceaux abordés les orteils en éventail (When The Angels Played, Woodshed Waltz).

Fidèles à leurs habitudes, ils ont invité pas mal de (beau) monde sur cet album. Outre Bridwell déjà cité, on retrouve Neko Case sur Tapping On the Line, Nick Urata (DeVotchKa) ou encore Tinariwen. On en profite pour découvrir la Mexicaine Carla Morrisson sur Moon Never Rises qui a des airs d’Hope Sandovalqui aurait découvert les bienfaits de la tequila. On passe donc d’une belle mélancolie (Follow The River) à des espagnolades plus crevantes mais heureusement pas trop présentes (Cumbia de Donde).

Calexico prouve encore une fois que les grands groupes peuvent faire évoluer leur style par petites touches. Sans doute moins immédiat et moins fourni en morceaux inoubliables, Edge Of The Sun est un album sensible et prenant qui nous rappelle pourquoi on continue à les suivre.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)