Accueil > Critiques > 2009

Patrick Watson - Wooden Arms

jeudi 30 avril 2009, par marc, Paulo

bras de bois bras de fer...


Il lui avait fallu un peu de temps pour nous parvenir, mais on avait fini par critiquer le précédent album Close To Paradise du groupe Patrick Watson. Pour rappel, le groupe s’était fait connaître progressivement en 2007-2008 suite à sa tournée européenne. A cette occasion on les avait croisés au Pukkelpop, au Grand Mix à Tourcoing ou encore à l’ABclub. L’album avait même fini par exister dans les bacs des disquaires. La renommée, ils le devaient aussi à la participation de leur charismatique chanteur Patrick Watson aux meilleurs morceaux du dernier album de Cinematic Orchestra ou, dans un autre registre, à l’utilisation d’un de leur morceau à la BO de Grey’s Anatomy (The Great Escape), c’est pas de la référence cinématographique en béton armé, mais tout de même le gage d’une large diffusion. Fort de ce succès, il faut logiquement à Wooden Arms, leur nouvel opus, beaucoup moins de temps pour se faire connaitre.

Cela met les canadiens dans la position classique de l’histoire d’un groupe : après la renommée le surf sur la vague, le Neon Bible du Funeral (quand c’est réussi), bref l’étape de confirmation... C’est dans ce contexte que l’on appréhende Wooden Arms et que les questions se posent. Vendredi dernier, ils étaient sur RadioCanada pour un live, et l’animatrice Christiane Charette demandait "celui qui a aimé Close To Paradise, aimera-t-il Wooden Arms ?", nous répondrons que c’est surtout ceux qui ont aimé les concerts de Patrick Watson qui aimeront ce nouvel opus. Tout l’art de Patrick Watson tient de la performance de l’équilibriste qui doit ici éviter de tomber dans l’excès de mièvrerie, c’est le danger du style balade piano-voix à la base de leurs compositions. Leurs performances scéniques étaient une parfaite réponse à cela et on a justement l’impression ici que c’est leur jeu de scène qui s’est invité sur l’album. C’est d’ailleurs composé sur le flanc de la longue tournée précédente, et il y a bien ce sentiment que c’est avant tout un album de groupe. On avait d’ailleurs entendu des nouveaux titres lors des concerts de mars 2008 et il est fort probable que certains de ces morceaux se retrouvent sur cet album.

On pourra reprocher de sortir ça à toutes les sauces mais il y a beaucoup de drums sur cet album qui font fort penser à une version breakbeat live des programmations drums d’Amon Tobin, corrélation fort probable puisque les deux artistes partagent des sphères musicales communes, se connaissent et se donnent à l’occasion un petit coup de main puisque le génial Brésilien était présent sur trois titres de Close To Paradise alors qu’on peut entendre le piano de Patrick sur Foley Room. D’autre part, il y a eu un travail similaire sur les percussions puisque que, autour de Robbie Kuster le batteur, ils ont voulu redéfinir leur ensemble de percussions en utilisant des sons non conventionnels. Cette particularité on l’a retrouve ici et là sur plusieurs morceaux de Wooden Arms comme sur le syncopé Beijing. Cette évolution de rythme ethnique confère à ce morceau très mélodique une vraie personnalité. Dans un passé récent, Andrew Bird avait réussi ce type de mélange, avec moins d’audace il faut le dire. Ce second album met d’ailleurs le Canadien dans la même catégorie qu’Andrew, à savoir celle d’un songwriting personnel, délicat et de haute volée, à la virtuosité jamais démonstrative.

Mais comme avec tous les auteurs de talent, l’album est subtil, varié, et humain. Le ton délicat et lancinant du chant peut se décliner sur fond de xylophone. On sent d’ailleurs la volonté de transcender le procédé voix-piano, de dépasser ce qui pourrait sous de plus simples atours ressembler à Antony and The Johnsons. (Man Like you), de pousser l’expérimentation un peu plus loin. Outre les percussions déjà mentionnées, on vire presque à la musique de bastringue sur Traveling Salesman, avec son interlude de voix transformées sur fond de cuivres. Dans cette optique, la pièce instrumentale Down At The Beach reprend bien des éléments de l’album (percus, montée chaotique, vocalises) qui assemblés ainsi rappellent certains bons moments des instrumentaux de Pink Floyd.

Autre nouveauté de cet album, ce sont les collaborations, avec Lhasa (Lhasa De Sela) sur la plage titulaire, douce balade dont la mélodie exhale un charme suranné de BO des années ‘40. Mais c’est principalement le titre Big Bird In A Small Cage qui retient notre attention côté collaboration. Ce morceau est avec Beijing une pièce angulaire de l’album, la voix fait penser par certains côtés à celle d’Heather Nova, mais il s’agit en fait de Katie Moore, une autre Montréalaise qui assurait déjà des chœurs sur l’album précédent. Côté potin on signale aussi la participation d’Erika Alexandersson, aperçue avec la formation Loney, Dear, et qui est également la compagne de l’inventif guitariste du groupe Simon Angell.

Après deux albums qui n’ont pas mis le pied chez nous et un Close To Paradise qui a servi de support à une tournée qui les ont fait découvrir, Wooden Arms est la preuve qu’ils ne se reposent pas sur leurs lauriers. Intrigant par moments, fort et subtil en permanence, il montre que c’est bien talent énorme de plus qui nous vient de Montréal. Cet album de garde se pose d’ores et déjà comme une des références de l’année en cours.


P.-S.

Pour en savoir plus, voilà un article très bien fait
Patrick Watson - Petit Conte Nordique

Répondre à cet article

2 Messages

  • Patrick Watson - Wooden Arms 1er mai 2009 15:21, par Laurent

    Rhaaaa, je scrute ma boîte postale, mais sans succès cette semaine (c’est loin, le Canada !)... et je l’attends, je l’attends, je l’attends, ce 3e album ! Et que de beau monde, dites donc. Je n’ai entendu que le "duo" Big Bird jusqu’à présent (très HeatherNovesque, en effet) et je me fais violence pour ne pas accéder au reste du disque par des voies louches, mais rien que de savoir que Lhasa est venue prêter main forte, je maudirais presque le 1er mai (et un jour de plus sans facteur, un). Lundi, je braque la poste.

    repondre message

    • Patrick Watson - Wooden Arms 2 mai 2009 13:12, par Marc

      J’espère que la poste et géoroute te permettront d’écouter ce vraiment très bel album. On a la confirmation d’un vrai grand auteur. Il passe bientôt par chez nous (le 25 mai à l’AB).

      Reviens nous dire ce que tu en penses en tous cas. Bon week-end !

      repondre message

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)