Accueil > Musique > 2005 > The Organ : Grab That Gun

The Organ : Grab That Gun

lundi 21 août 2006, par Marc


Voici venue la saison des rattrapages, celles où l’actualité la plus brûlante se fait en parallèle de ce qu’on a laissé passer pendant l’année.

Regardez bien votre calendrier. Nous avons passé l’an 2000 depuis quelques temps déjà mais à l’écoute de beaucoup de groupes de 2005, tout le monde ne vit pas dans le même espace-temps. Allez faire un tour dans les critiques et vous verrez ce que je veux dire. Dans les courants cold-new-wave prenait place une quantité non négligeable de voix féminines. Après Ladytron, voici une version moderne de ces donzelles gothiques (le groupe est composé de quatre filles de Vancouver). Et dans un genre aussi balisé que le nostalgique ultra référencé, j’accorde un satisfecit à The Organ. Moins éthérée que celle des liverpuldiens susmentionnés, cette pop prend son originalité dans ce qui en fait le nom, à savoir un orgue qui amène une personnalité certaine à ces compositions. Compositions qui prennent du coup, avec l’aide de la voix de la chanteuse (qui, osons le dire, évoque souvent celle de Debbie Harry de Blondie, quand les intonations semblent tirées, c’est plus surprenant, de Morrissey), un relief tout particulier agrémenté de guitares très ressemblantes à celles de The Cure au milieu de cette décennie 80 qui semble un puits sans fond d’inspiration en dépit d’une collection de clichés invraisemblable.

Reconnaissons néanmoins à The Organ un réel talent de compositions et une chaleur qui fait la différence face cruellement à The Departure et autres Editors.

Les guitares de Brother clinquent juste comme il faut et on peut tout au long de l’album leur trouver des qualités, bien que les sons employés ne sont pas originaux pour un sou par rapport au genre pratiqué. La mélancolie dégagée par Steven Smith est réjouissante (c’est l’effet que ça me fait à moi), pas élégiaque ni dépressive. Mais avouons que les morceaux se ressemblent plutôt. Peu de titres s’imposent vraiment comme supérieurs aux autres, même si Sudden death est un must. Le genre de comptine en boucle addictive.

Une bonne idée en fait ce sont ces chansons courtes qui rendent efficaces des idées qui auraient été diluées en voulant compter sur une certaine langueur. Tant de groupes tombent dans ce panneau que ça mérite d’être mentionné.

On doute cependant que beaucoup de groupes survivront à ce revival. Les seconds albums vont se révéler impitoyables. Profitez néanmoins de ce premier. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)