Accueil > Critiques > 2011

Andrew Bird - Norman (OST)

jeudi 15 décembre 2011, par marc

En toute logique


Bon sang mais c’est bien sûr ! Faire signer une BO par Andrew Bird, ça tombe sous le sens. Il est donc étonnant que ce soit la première fois qu’on ait droit à une contribution complète du Chicagoan. Certains se sont évidemment déjà fournis chez lui, mais pas pour un exercice original. Pour l’amateur, c’est un os à ronger en attendant un album prévu pour le début de 2012 qui s’appellera Break It Yourself.

Ses chansons tarabiscotées présentent en effet un pouvoir de suggestion certain, et le son de violon tellement personnel de l’Américain peut sans problème créer des ambiances soit feutrées ou plus inquiétantes. Scotch And Milk est en tout cas identifiable entre mille, et on en vient à penser qu’il faut une fameuse personnalité pour que le son de violon (même sans ses pizzicati) soit reconnaissable. Il peut même faire l’impasse sur son instrument fétiche et se contenter de siffler (Night Sky), c’est dire…

Comme Benjamin Biolay a eu l’occasion de le montrer, le talent ne dépend pas du cadre de l’exercice, il peut aussi s’exprimer en roue libre. Mais contrairement à l’album du Français, plus orienté ‘chansons’ et enrichi de morceaux qui sortent du cadre du film, cet OST fait la part belle aux instrumentaux. Il y a cependant de ‘vraies’ chansons, limpides et impeccables comme Arc and Coulombs ou Night Sky, ou encore des morceaux qui préexistaient, comme l’excellent Dark Matter tiré d’Armchair Apocrypha.

On ne sera complet que quand on aura identifié les morceaux qui ne lui sont pas dus, comme un petit Chad Vangaalen de derrière les fagots. Je me souviens avoir eu une très bonne impression du Canadien en concert il y a cinq ans. On notera aussi la présence d’un morceau de The Blow (S.O.S.), dont un des deux membres est devenu plus connu sous le moniker de Yacht. Le terrifiant Wolf Parade You Are a Runner and I Am My Father’s Son (leur premier album dont il est tiré reste un jalon de la décennie précédente) est ici proposé dans une version plus apaisée, où la patte de Spencer Krug est plus marquée. Dan Boeckner, l’autre tête pensante du groupe, devait regarder ailleurs. Le morceau reste bon, mais il ne fait plus trembler comme avant, à l’entame de l’album ou de leurs prestations live dévastatrices. Sans doute que le film s’y prêtait mieux. N’oublions pas que nous parlons d’une musique de film sans son support visuel, donc plusieurs plages peuvent perdre en force évocatrice

On est toujours contents d’avoir de (bonnes) nouvelles des artistes qu’on apprécie. En route vers un album très attendu, Andrew Bird s’est prêté à l’exercice de la musique de film avec une certaine réussite, tant ce cadre semble convenir à sa patte reconnaissable.

http://www.andrewbird.net/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Sébastien Guérive - Obscure Clarity

    On avait déjà croisé le chemin de Sébastien Guérive, apprécié cette sculpture sur son qui dégage une majesté certaine mais sans grandiloquence. Cet album ne fait que confirmer et appuyer cette impression.
    C’est le mélange d’organique et d’électronique qui est la plus grande réussite, ce qui permet à la fois de ménager l’émotion et de garantir une pulsation basse, cardiaque qui n’est pas un ajout de beats a (...)

  • Akira Kosemura - Rudy (Original Music)

    Il est toujours difficile exercice de commenter des musiques de film sans voir le film ou la série dont il est question. Pourtant, le compositeur japonais Akira Kosemura a toujours su nous proposer des albums qui tenaient tout seuls sans le support visuel. Et c’est une gageure parce que la base de sa musique est le piano solo.
    Mais ce qui se confirme au long de ces 31 courtes pièces, c’est le (...)

  • Bravery In Battles - The House We Live In

    Même si c’est contre-intuitif parce que le post-rock est essentiellement instrumental, le style a souvent été engagé. Entre les revendications de Godpeed You ! Black Emperor et la protection de la Grande Barrière de Corail de Selfless Orchestra, les exemples abondent. Le collectif parisien Bravery in Battles est présent sur le combat environnemental comme en témoigne la copieuse musique du film The (...)

  • Vimala Pons - Eusapia Klane

    Il est toujours étrange de se frotter à une musique qui se présente comme une simple composante d’un projet. Dans le cas qui nous occupe, ceci est un livre audio qui se veut le prequel d’un spectacle actuellement en tournée. Si le recul et la connaissance de la pièce nous manque, l’objet peut s’appréhender seul, rassurez-vous. Parce que l’histoire est indépendante notamment.
    Non, ce n’est pas qu’une (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)