Accueil > Critiques > 2023

Jean-Louis Murat – Best-Of

lundi 10 juillet 2023, par marc


On n’était pas prêts, personne ne l’était. A la lecture des évocations à l’arraché, rien n’était préparé du côté de la presse. Des fans non plus. Bon, on ne va pas tenter de retracer sa carrière ici, ni faire une exégèse d’une compilation. Non, on va rappeler l’existence de ce Best-Of dans un but de service public.

S’il est bien une posture qui lui est opposée, c’est celle du cynisme commercial. Murat et best-of ne sont pas des termes qui vont ensemble. Non que sa discographie manque de réussites, elle en est plutôt constellée, mais tout qui a eu la chance de le voir en concert sait que la setlist facile, ce n’était vraiment pas le genre de la maison. Le plus grand représentant sur ce site (la liste est en-dessous) est forcément très très chers à nos cœurs et étant donné sa productivité, c’est peu dire que le vide sera grand. On a compris que beaucoup avaient décroché, on est d’autant plus fiers d’avoir suivi patiemment ses méandres, être déconcertés par Jean-Louis est un plaisir en soi.

On ne donc pas décortiquer la sélection. Surtout que la version dont on parle ici est celle du vinyle (20 titres), les autres étant plus copieuses encore (40 titres). On se bornera à constater que les albums les plus représentés sont Les Manteaux De Pluie, Dolorès et Mustango, ce qui semble logique.

Tout est beau, évidemment, mais quelques morceaux sont carrément sublimes. Pour n’en citer que certains, Je Me Souviens, L’Ange Déchu, Le Train Bleu sont quand même au firmament de la chanson française. On pourrait presque envisager de remplacer les deux tiers des morceaux et toujours présenter un double album de qualité égale. Parce qu’en familiers de son œuvre, on aime aussi les chemins de traverse, ces Parfum d’Acacia au Jardin, ces Live in Dolorès, Muragostang, Live en Plein Air, Charles et Léo. Il restera encore bien des choses à découvrir donc pour ceux qui aborderont l’iceberg Murat par son côté émergé.

Rappel poignant pour certains dont nous sommes, introduction indispensable pour d’autres on l’espère, ce best-of n’est pas une œuvre définitive. Partant de l’idée que rien ne peut vraiment donner une image complète d’une discographie et d’une personnalité aussi multiples, il propose un tour du propriétaire d’un des artistes les plus marquants qui soient.

Pour prolonger le plaisir, voici la liste des critiques publiées ici (par ordre chronologique)

Lilith (2004)
A Bird On a Poire (2004)
Parfum d’Acacia au Jardin (2004)
Москва (2005)
1829 (2005)
Taormina (2006)
Charles et Léo (2007)
Tristan (2008)
Le Cours Ordinaire des Choses (2009)
Grand Lièvre (2011)
Toboggan (2013)
Babel (2014)
Morituri (2016)
Travaux sur la N89 (2017)
Il Francese (2018)
Baby Love (2020)
La Vraie Vie De Buck John (2021)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Jean-Louis Murat – Best-Of 11 juillet 2023 08:16, par Laurent

    Je suis un rien partagé sur cette compilation. La version 40 titres est plutôt bien représentative mais trop gourmande pour deux galettes. Quel dommage qu’elle n’existe pas en version physique, avec ses quelques titres plus rares elle avait tout pour être indispensable. C’est ma seule réserve : j’aurais recommandé à tout le monde de l’avoir dans son salon.

    En 20 morceaux, c’est fatalement survolé même si bien sûr tout est essentiel. Un "best of" Murat sans "L’Au-Delà", c’et dur à avaler pour moi. La mort de Jean-Louis Murat, beaucoup plus difficile encore. Et toujours.

    repondre message

    • Jean-Louis Murat – Best-Of 14 juillet 2023 13:34, par marc

      Evidemment, il vaut mieux un gout de trop qu’un gout de trop peu.

      Et puis il y a toujours des morceaux qui manquent. Dans mon cas c’est La Chanson de Dolorès. Mais bon, il reste tous les albums...

      repondre message

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)