Accueil > Critiques > 2021

Theodore Wild Ride - S/T

mercredi 27 octobre 2021, par marc


Si on connaissait la musique de Christine Ott avant de connaitre son nom (via ses collaborations avec Yann Tiersen, Tindersticksou Oiseaux-Tempête), une fois qu’on a pris conscience de son existence, on s’est rendu compte qu’on allait l’accompagner loin et longtemps. On la retrouve ici avec son comparse de Snowdrops, Mathieu Gabry et l’oudiste Ophir Levy.

Au programme donc, piano, oud et ambiances éthérées et on peut dire d’emblée que c’est ce qu’on a entendu de plus aéré de sa part. La piano charpente les morceaux avec un son plus percussif et les structures à trois fonctionnent vraiment bien. Quelques sons électroniques qui ajoutent un peu de relief et de contexte.

Ils disposent donc d’un espace de création assez ample pour qu’une guitare acoustique et un piano puissent s’ébrouer (Paoha). Le résultat est plus léger que ce qu’on a pu entendre dans le genre de la part d’Esmerine dans un genre connexe. Le parcours des protagonistes les éloigne du post-rock et cette grammaire différente est bien manifeste. Ce qui n’empêche pas la tension de s’établir sur Appalaches autour d’une entêtante et de discrets sons d’ondes Martenot. C’est la guitare qui tient ce rôle sur Zeppelins, imposant morceau final.

Si on se concentre sur le résultat, c’est simplement très beau, suffisamment structuré pour nous emporter mais aussi très libre pour que l’esprit puisse vagabonder dans cet espace. Bref, en trois sorties distinctes, on se rend compte qu’on ne fait qu’effleurer l’ampleur de l’univers de Christine Ott et de ses excellents partenaires.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Mono – Oath

    Ce qui est rare est précieux. Et dans un contexte musical où le post-rock se raréfie, les plaisirs que confèrent une formation comme Mono ne sont pas reproductibes par d’autres genres et deviennent d’autant plus précieux. Mais cette rareté ne confère pas pour autant le statut de chef-d’œuvre au moindre album du genre, loin s’en faut même.
    Une fois ces généralisations balancées, penchons-nous sur le cas (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Edouard Ferlet - PIANOïD²

    L’EP sorti l’an passé nous avait déjà signalé le talent et la singularité d’Édouard Ferlet. On rappelle donc la singularité de son procédé. Il utilise deux pianos dont un mécanique piloté par une machine semble dialoguer avec celui qu’il manipule en direct. Ce pilotage crée un dialogue, indéniablement, mais s’il permet de se laisser surprendre, il faut tout de même une sacrée maitrise.
    Pas de souci à avoir, (...)

  • Ô Lake – Still

    On avait déjà croisé le chemin d’Ô Lake à l’occasion d’une très réussie musique de film. On ne sera pas décontenancés donc par cet album du projet de Sylvain Texier qui utilise la même base avec le même style qui se voit décliné de plusieurs façons.
    Evidemment, il y a du clavier et des cordes, pour un mélange ample et mélodique mais quand il y a un peu de batterie synthétique, elle ne dénature jamais le (...)

  • Denis Frajerman - Tiphaine

    Parfait pour écouter dans votre bain !
    C’est ainsi que la présentation de cet album de Denis Frajerman se conclut. Tout d’abord, faute d’avoir une baignoire sous la main pour vérifier le propos, il convient de réétalonner la perception qu’on peut avoir d’un artiste. A l’aune de ce qu’on a pu entendre de la part du violoniste du côté de Palo Alto ou des imposantes Variations Volodine regroupées l’année (...)