Accueil > Musique > 2021 > Theodore Wild Ride - S/T

Theodore Wild Ride - S/T

mercredi 27 octobre 2021, par Marc


Si on connaissait la musique de Christine Ott avant de connaitre son nom (via ses collaborations avec Yann Tiersen, Tindersticksou Oiseaux-Tempête), une fois qu’on a pris conscience de son existence, on s’est rendu compte qu’on allait l’accompagner loin et longtemps. On la retrouve ici avec son comparse de Snowdrops, Mathieu Gabry et l’oudiste Ophir Levy.

Au programme donc, piano, oud et ambiances éthérées et on peut dire d’emblée que c’est ce qu’on a entendu de plus aéré de sa part. La piano charpente les morceaux avec un son plus percussif et les structures à trois fonctionnent vraiment bien. Quelques sons électroniques qui ajoutent un peu de relief et de contexte.

Ils disposent donc d’un espace de création assez ample pour qu’une guitare acoustique et un piano puissent s’ébrouer (Paoha). Le résultat est plus léger que ce qu’on a pu entendre dans le genre de la part d’Esmerine dans un genre connexe. Le parcours des protagonistes les éloigne du post-rock et cette grammaire différente est bien manifeste. Ce qui n’empêche pas la tension de s’établir sur Appalaches autour d’une entêtante et de discrets sons d’ondes Martenot. C’est la guitare qui tient ce rôle sur Zeppelins, imposant morceau final.

Si on se concentre sur le résultat, c’est simplement très beau, suffisamment structuré pour nous emporter mais aussi très libre pour que l’esprit puisse vagabonder dans cet espace. Bref, en trois sorties distinctes, on se rend compte qu’on ne fait qu’effleurer l’ampleur de l’univers de Christine Ott et de ses excellents partenaires.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)

  • Maxence Cyrin - Melancholy Island

    Il y a certains noms et concepts qui ne s’oublient pas. Le souvenir de ces percutantes reprises de standards de musique électronique au piano est si prégnant qu’on associe toujours les deux plus de quinze ans après. C’est avec curiosité donc qu’on reprend contact avec cet attachant pianiste. Et si on a depuis découvert plusieurs sociétaires de cette belle veine néo-classique (Akira Kosemura, Tim Linghaus, Andrea Viscardi, Alexandre Tharaud...), revenir à cette référence fait toujours autant plaisir. (...)

  • Albin de la Simone - Happy End

    Apprendre qu’il y a un nouvel album d’Albin de la Simone et qu’il est instrumental est sans doute la quintessence de la nouvelle douce-amère. On sait évidemment que ses qualités musicales sont hors-normes, lui qui a réalisé des albums pour Pierre Lapointe ou Pomme et accompagné sur scène des gens comme Iggy pop, Vanessa Paradis ou Alain Souchon. Mais c’est en tant que chanteur qu’on l’avait hissé par deux fois au pinacle de nos préférences annuelles.
    Mais on n’est pas là pour se morfondre mais parler (...)

  • Yann Tiersen - Kerber

    On a déjà longtemps évoqué les multiples périodes de la carrière de Yann Tiersen. On se bornera cette fois-ci à dire que ce Kerr se place dans la lignée de ses dernières productions plutôtambient et d’inspiration bretonne. Et c’est logique et bienvenu. Inspiré comme souvent par son île de Ouessant, il étoffe un peu le son en gardant ses qualités.
    Le piano domine les débats et son légendaire sens mélodique y excelle. Mais il n’est pas seul, l’enrobage sonore proposé par le producteur Gareth Jones le (...)

  • Christine Ott - Time To Die

    Musicienne de Yann Tiersen, collaboratrice de Tindersticks ou Oiseaux-Tempête, la Strasbourgeoise Christine Ott est une artiste qu’on a souvent entendue avant d’en entendre parler comme moitié du passionnant duo Snowdrops l’an passé. On avait aussi retenu le nom de Fredo Viola pour un album qui avait laissé un douloureux souvenir malgré un très enthousiasmant remix par Fink qu’on ne connaissait pas encore. On ne retrouve pas cette inclination expérimentale fort heureusement et la collaboration est (...)